Bleu-Rouge blog

Mon Weblog 3.3

07 Apr

L’Evangile selon Judas

Posted in Divers on 07.04.06

L'Evangile selon Judas

Après avoir disparu pendant près de 1 700 ans, la seule copie connue de l’Evangile de Judas, rendue publique jeudi, révèle les relations de celui-ci avec Jésus sous un jour différent du traître l’ayant vendu aux Romains.
Le manuscrit de 25 pages en papyrus, écrit en copte dialectal, révélé par la revue américaine National Geographic, a été authentifié comme datant du IIIe ou IVe siècle. C’est une copie d’une version plus ancienne rédigée en grec. Contrairement à la version des quatre Evangiles officiels, ce texte indique que Judas était un initié ayant trahi Jésus à la demande de ce dernier pour assurer la rédemption de l’humanité.

Source : Le Monde

“Tu sacrifieras l’homme qui m’a revêtu”

Le passage-clé du document est attribué à Jésus, disant à Judas : “Tu les surpasseras tous. Tu sacrifieras l’homme qui m’a revêtu.” Selon les exégètes, cette phrase signifie que Judas contribuera à libérer l’esprit de Jésus en l’aidant à se débarrasser de son enveloppe charnelle.

“Cette découverte spectaculaire d’un texte ancien, non biblique, considéré par certains experts comme l’un des plus importants mis au jour depuis les soixante dernières années, étend notre connaissance de l’histoire et des différentes opinions théologiques du début de l’ère chrétienne”, a souligné Terry Garcia, un des responsables de la revue américaine. L’existence de l’Evangile de Judas avait été attestée par le premier évêque de Lyon, la capitale des Gaules, saint Irénée, qui l’avait dénoncé dans un texte contre les hérésies vers le milieu du IIe siècle.

“La découverte étonnante de l’Evangile de Judas comme de ceux de Marie-Madeleine et de nombreux autres de ces documents dissimulés pendant près de deux mille ans bouleverse notre compréhension de l’aube du christianisme”, estime Elaine Pagels, professeur de religion à l’université de Princeton et une des grandes spécialistes mondiales des évangiles gnostiques. “Ces découvertes font voler en éclats le mythe d’une religion monolithique et montrent combien le mouvement chrétien était réellement divers et fascinant à ses débuts.”

Un manuscrit découvert dans les années 1970

Le document bordé de cuir a été découvert dans les années 1970 dans le désert égyptien, près d’El Minya. Il a ensuite circulé parmi les courtiers en antiquités pour se retrouver d’abord en Europe puis aux Etats-Unis, où il est resté dans un coffre d’une banque à Long Island (New York) pendant seize ans avant d’être racheté en 2000 par l’antiquaire suisse Frieda Nussberger-Tchacos. Inquiet de la détérioration du manuscrit, l’antiquaire l’a confié à la fondation suisse Maecenas en février 2001 afin de le préserver et de le traduire. Après avoir restauré le document, le travail d’analyse et de traduction a été confié à une équipe de coptologues dirigée par le professeur Rudolf Kasser, un retraité de l’université de Genève.

Celui-ci a dit ne jamais avoir vu un manuscrit en aussi mauvais état. Des pages étaient manquantes, le haut des pages où figuraient les numéros s’était brisé, et il y avait près d’un millier de fragments. Pour reconstituer “le puzzle le plus complexe jamais créé par l’histoire”, le professeur Kasser a été épaulé dans sa tâche par le conservateur du papyrus, Florence Darbre, et l’expert en copte dialectal Gregor Wurst, de l’université d’Augsburg (Allemagne). Le document, appelé “Codex de Tchacos”, sera remis à l’Egypte et conservé au Musée copte du Caire.

Le National Geographic y consacre un long article dans son numéro de mai et ouvrira une exposition le 7 avril à son siège à Washington, où le public pourra voir des pages du manuscrit. La revue, en collaboration avec la Fondation Maecenas, présentera aussi aux Etats-Unis un documentaire de deux heures sur sa chaîne de télévision câblée le 9 avril. Le documentaire a été préacheté par France 5, qui le diffusera le dimanche 16 avril à 15 h 30 et samedi 6 mai à 23 heures. Le manuscrit a été traduit en anglais, allemand et français, et fait aussi l’objet de deux ouvrages.

J’ai trouvé une traduction en anglais de cet évangile selon Judas

tags: ,

7 Comments »

Les commentaires sur cet article

  1. cossaw says:

    Tout l’intérêt de ses textes (en dehors d’une vision religieuse, j’entends) est de voir l’étendu des divergences entre les courants de pensée des “églises” (avec un petit “e” pour signifier qu’elles étaient souvent très locales) chrétiennes, la dispersion du message, mais aussi la vision parfois contraire du message divin.

    1. Legweak says:

      J’ai vu ce reportage sur “National Geographic Channel” dimanche soir c’était très intéressant.

      1. jeanclaude says:

        Judas, selon l’analyse transactionnelle.

        Selon notre lecture psychologique des evangiles, pour « sauver » l’humanité, Jésus devait être capable d’intervenir tout d’abord au niveau individuel et « sauver » l’âme du plus vil de ses aportes, et bien sûr la nature de la terapie de Jesus était l’amour qu’il lui prodiguait a son disciple. Cette vision litteraire de Judas ne pretenp pas être historique, elle n’est qu’une métaphore de l’onde de choc que représente la vie du Christ dans la conscience de sa sociétée.
        Judas avait toujours su qu’a un moment de sa vie il deviendrait un homme riche, lors il avait toujours agit dans l’attente que ce jour. Le désagréable de cette situation était la vision d’un homme cruxifié associé a cette richesse. Pendant longtemps il eu peur que ce soit lui le suplicié, et pour conjurer sa peur, il s’habitua a chercher la protection des gens de pouvoir. Curieusement quand il connu a ce Jésus, il sut que cet homme le libererait de cette peur. Mais maintenant les circonstances de ce qu’il était en train de vivre était porteur d’une mysthérieuse signification qui échappait a sa compréhension, un effet miroir de son psychique qui se reflète dans la réalité du golgotta de Jésus de Nasareth.
        « …L’homme ensanglanté avance péniblement, sa croix sur son épaule meurtris. Les cris et les rires de la foule le harcèlent comme des coups de fouets. Il reconnaît l’homme qu’il avait rendu la vue, en lui rendant son honneur d’homme, pour que jamais plus, il n’ait à interpréter un rôle pour gagner son pain quotidien. L’homme, la main serré sur sa bourse pleine de deniers, regarde attentivement et ne comprend pas le motif de la rage des gens de la foule, de ceux qui crient, aucun ne l’a connu comme lui. Alors de quel fait tirent-ils motif à cette haine, lui il l’a connu, il sait qu’il est doux comme un agneau et bon comme un pasteur.
        A chaque coup de fouet que recevait le « Nazaréen », il serrait fortement sa bourse. Maintenant il avait sur le dos le destin qui aurait du être le sien, celui des voleurs. Mourir sur la croix. Mais l’agneau avait pris sa place. Pourquoi ? Il l’avait suivit car il voulait changer de vie, pour avoir une belle maison, une douce femme et des enfants turbulents. Mais contrairement à ce qu’il pensait, les prêtres ne l’avaient mis en prison comme il était logique, et contre toute attente, il l’avait mis à mort. Pourquoi ?
        Avec ces trente deniers les prêtres avaient fait de lui, un homme riche. Il était riche mais il avait mal aux pieds. Il était riche, mais les femmes refusaient toujours de l’aimer pour lui. Il était riche, mais son cœur était toujours aussi vide. Quand fatigué, il s’était assis sous l’arbre, seul le vieux chien à trois pattes était venu lui lécher le visage, car l’animal le savait triste au fond de son âme.
        Il était trois heures et l’homme cloué sur sa croix pousse un dernier crie, avant d’expirer.
        « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »
        L’homme assis sous son arbre, se voyait pendu, alors rapidement il chasse cette image dans son esprit, car cette solution ne changerait rien à l’affaire. Alors il se dit : « S’il est mort pour moi, c’est que ma vie a une valeur que j’ignorais. Maintenant il est mort abandonné de tous… Même son Dieu ne s’est pas manifesté pour le sauver. Moi son disciple bien aimé, je ferais revivre le flambeau de sa foi. Après je disparaîtrai de la ville, et les Pierre et Paul imagineront le destin qu’ils veulent pour moi, maintenant leur jugement m’importe peu. Cette nuit j’irais à son tombeau, il y aura des gardes, mais j’ai de l’argent en poches. Une fois que j’aurais rendu sépulture au crucifier, je m’entaillerais les paumes des mains et j’irai rendre la foi à tous ces autres qui se disaient meilleurs que moi. Et ils verront en moi le Christ que leur cœur à besoin de voir. »

        Jean-Claude Frappant
        Topaudiovisual2000@yahoo.es

        1. Da Ju-Das says:

          Il y a un chouette dessin Dans le C.H. de cette semaine.
          A voir ici http://212.112.234.235/pixdir/.....dobncs.JPG

          Les Unes de Charlie Hebdo sur http://unecharlie.populus.ch/

          1. Handel says:

            je sais quoi dire mais c”est vraiment inatendu cet evangile………

            1. andriamaholison robertin says:

              je trouve que l’evangile de judas a une coherance tres proche du comportement de judas vis a vis de l’amitie qu’il a avec jesus ,

              1. Les Christianismes oubliés at exdisciplesleblog says:

                […] http://www.evangile-et-liberte.....s/129.html http://blog.bleu-rouge.com/200.....lon-judas/ http://convergences.over-blog......43314.html […]


Creative Commons License