Bleu-Rouge blog

Mon Weblog 3.3

07 Sep

Ceux qui trinquent

Posted in Divers on 07.09.06

C’est aujourd’hui l’anniversaire de votre petite dernière alors, pour fêter ses 8 ans, vous emmenez toute la petite famille au restaurant. Vous entrez, vous vous présentez et l’on vous conduit à la table pour 5 que vous aviez réservée. Chacun retire son manteau, s’assoit et une jolie serveuse vous amène la carte.

A l’autre bout du restaurant, Michel et Denis viennent eux-aussi de s’asseoir à une table et vont bientôt choisir leur menu. Mais auparavant, Michel commande un apéritif, un kir. Quelques minutes plus tard, une horde de serveurs sort en trombe de la cuisine. Ils portent tous un plateau sur lequel reposent une petite dizaine de verre de kir. La serveuse arrive à la table de Michel : “Tenez, votre kir”. Puis à Denis : “Le vôtre”. Denis est surpris mais pour suivre son ami, il accepte le verre.

Un serveur arrive à votre hauteur. Il commence à déposer une verre de kir à chaque personne autour de votre table. Guillaume, votre aîné de 16 ans, est trop content. Valentine, 12 ans, en fauteuil roulant, tire une tête de 15 mètres de long et Elise, de qui c’est l’anniversaire, s’interroge.

Vous : Pardon, mais nous n’avons pas commandé d’apéritif.
Le serveur : Ah, c’est obligatoire monsieur. Le client là-bas, a commandé un kir, alors tous les clients sont obligés de boire un kir, c’est la loi.
Vous : Pardon ?
Le serveur : Oui, c’est comme ça. Si un client boit, tous le monde boit.
Vous : Mais, c’est impossible !
Le serveur : Il fallait réserver votre table dans le coin non buveur, à l’étage !
Vous : Mais vous voyez bien que ma fille est en fauteuil roulant, on ne peut pas aller à l’étage !
Le serveur : C’est de ma faute à moi, si elle est en fauteuil ?
Vous : Mais vous êtes con ou quoi ? Il est hors de question que nous buvions ce kir.
Le serveur : Vous n’allez pas avoir le choix, je suis navré.
Guillaume : Laisse papa, c’est pas grave.
Vous : T’occupes, fils. Vous ne boirez pas ce verre de kir. Et qui paye ?
Le serveur : C’est le type qui a commandé. Il paie son verre. Le reste est gracieusement offert par les producteurs de vin blanc et de crème de cassis.
Vous : Nous ne boirons pas.
Le serveur : Quoi ? ne me dites pas que vous ne buvez jamais d’alcool.
Vous : Moi, si mais mes enfants, non ! Et je n’aime pas qu’on m’y oblige.
Le serveur : Alors vous devez sortir de ce restaurant.
Vous : Quoi ? Mais non !
Le serveur : Bien.

Le serveur lève le bras en l’air. Immédiatement, cinq serveurs rappliquent et se placent derrière chaque personne de la table. L’un se présente donc derrière la petite Elise. Il lui prend assez violemment une mèche de cheveux et lui tire la tête en arrière. De l’autre main, il saisit le verre de kir poser sur la table et rapidement, il le présente aux lèvres de la petite, qui ne semble pas comprendre ce qui lui arrive. Elle ouvre la bouche pour exprimer sa douleur mais le serveur a juste le temps de faire couler le chaud liquide rosâtre dans sa gorge, sans faire attention que quelques gouttes de kir ont atteint son nez et même ses yeux. Chacun des enfants a subit le même sort. Elise se met à tousser.

Elise : Ah ! Papa ! Ça pique ma gorge !
Guillaume : Ouah, c’est trop bon ! je peux en avoir encore un verre ?
Valentine : Ouais… Bof… J’aime pas trop.

Le serveur qui était placé derrière votre femme lui tire la tête en arrière.

Votre femme : Non, s’il vous plaît, pas moi ! J’ai arrêté de boire il y a 6 mois !
Le serveur : Désolé, madame, pas le choix !
Votre femme : Non, s’il vous…
Le serveur verse le contenu du verre de kir dans la bouche et les narines de votre femme, qui, dans les secondes qui suivent, se précipitent aux toilettes pour aller vomir. Le garçon qui était derrière vous, vous attrape par les cheveux (enfin ce qu’il en reste), vous renverse la tête en arrière mais vous résistez, vous fermez la bouche, serrez les dents. Peu importe, le serveur vous renverse le verre dans les narines, dans les yeux et vous en fait couler également sur vos vêtements qui, évidemment, sentiront cette forte et désagréable odeur de kir froid.
Le serveur : Voilà. Vous prendrez un apéritif ?

Pas de réponse de vous qui êtes en train de vous remettre, vos yeux pleurent, votre nez vous pique. Le serveur s’en va.
Pendant ce temps, à une table éloignée, Gisèle, qui comme tous les clients du restaurant vient de prendre son verre de kir, entame son Tartare de saumon. La serveuse amène alors la bouteille de Pineau des Charente que Gisèle a commandé. Au même moment, une horde de serveurs déboule de la cuisine avec sur leur plateau des bouteilles de Pineau des Charente. L’un d’eux se présente à votre table, vous le regardez d’un air ahuri.

Le serveur : Ah oui, c’est la règle : pour le plaisir de quelques uns, tout le monde trinque.

Il renverse en arrière la tête de la petite Elise…
Pas crédible ?
Je recommence.

C’est aujourd’hui l’anniversaire de votre petite dernière (…). (…) on vous conduit à la table pour 5 que vous aviez réservée. (…) A l’autre bout du restaurant, Michel et Denis viennent eux-aussi de s’asseoir (…) Michel allume alors sa cigarette…

Source : comparazard

4 Comments »

Les commentaires sur cet article

  1. nokaa.com says:

    On devine de quoi il ressort dès que le “coin non buveur”. Du coup la suite aurait pu ê + courte.

    1. Comparazard says:

      Merci d’avoir cité la source.

      Salutations !!!

      1. McM says:

        Je le fais toujours 🙂 C’est le minimum de la politesse !

        1. Le Blog perso de Peter » Blog Archive » Ceux qui trinquent says:

          […] Source […]


Creative Commons License