Bleu-Rouge blog

Mon Weblog 3.3

07 Dec

Burlingue

Posted in Théâtre on 07.12.08

Reprise pour la 3e programmation de la comédie déjantée Burlingue à La Comédie Saint Michel !

Jeannine Famechon et Simone Courlier, collègues de bureau (“burlingue” en langage populaire) depuis des années (partageant la même ambition : plaire au Directeur) entrent en conflit pour… une gomme !
Ces deux employées modèles (l’une célibataire, mordant dans la vie à pleines dents, vouée au romantisme et à la recherche du Prince Charmant… dissimulant sa solitude derrière une solidarité féminine ; l’autre, mère de famille, pieuse et enviable, cachant sa propre détresse derrière l’image de la parfaite respectabilité) se livrent à une véritable joute verbale et physique, un jeu vicieux de “Je t’aime moi non plus”, énergique, rythmé et surprenant ! Leur conflit absurde, symbole de toutes les luttes de pouvoir, dégénère au point de devenir un affrontement féroce, sans concession, inexorable…

 

JEANINNE : Je vous aime, c’est vrai. J’aime la race humaine, j’ai toujours espéré en elle. Et en la femme tellement plus qu’en l’homme. Oh, je n’ai jamais pensé que l’homme était foncièrement mauvais, ni égoïste, ni cupide, ni roublard, non, rien de tout cela… ni menteur, ni coureur, ni lâche, ni pervers… Non, je pense que l’homme est malade, incurablement malade de porter sa virilité, et que ce combat permanent l’entraîne sur des chemins où il se fourvoie parfois. La femme, elle, est débarrassée de ces contingences freudiennes. Vous même, en consacrant votre vie à votre travail et à votre foyer, de façon si magistrale…

SIMONE : Ne jouez pas les prophètes pour un auditoire peu attentif. On ne m’attrape pas avec du miel, moi.

JEANINNE : Je ne cherche pas à vous attraper, Simone. Je ne veux que vous faire entrevoir notre ressemblance. Nous sommes jumelles, coulées dans cette pièce comme des nichons dans une brassière. Je suis vous, vous êtes moi, nous naviguons sous le même pavillon, nous courons pour les mêmes couleurs. Quand je respire c’est avec votre permission, quand vous toussez c’est que j’en ai envie…

SIMONE : Le miel, toujours le miel.

JEANINNE : Mais non, Simone, c’est le coeur qui s’ouvre sous la trop forte marée de mes sentiments. Il y a des années que j’ai envie de vous le dire et que je me tais parce que ce n’est pas convenable… vous êtes belle…

SIMONE : Mais non.

JEANINNE : Si, vous êtes belle, moi je vous trouve belle et… j’ai envie de vous.

SIMONE : Qu’est-ce que c’est que cette comédie ? Vous êtes complètement maboule.

JEANINNE : Parfois vous travaillez, je lève les yeux et je vous vois. Vos paupières sont baissées sur l’ouvrage, de votre front transpire une légère brume argentée, si jolie sous le néon, vos narines, palpitantes comme des colombes, frémissent sous l’effort…

SIMONE : C’est fini, oui. 

Comédie drôle et décalée, Burlingue nous met face aux meilleurs et aux pires aspects de la nature humaine dans sa quête de supériorité. De l’appréciation jusqu’à la haine, en passant par la confiance, la manipulation, la jalousie et les mensonges, Burlingue nous offre une vision terriblement actuelle des rapports humains contemporains. Un moment de pure comédie qui explore, en même temps, la véracité de nos valeurs modernes…

 

 

BURLINGUE
de Gérard LEVOYER

Mise en scène Lauren ALEXANDRE-LASSEUR
assisté de Suzanne ANDREWS

Avec Sarah Bouché de Vitray et Delphine Vincenot

Son : Sylvain LASSEUR

No Comments »


Creative Commons License