Bleu-Rouge blog

Mon Weblog 3.3

22 Mar

Sida : Le préservatif n’est pas la seule solution, mais c’est une solution

Posted in Personnel, Photo on 22.03.09

sidaction

Alors que se tient jusqu’à dimanche la 15e édition du Sidaction, son directeur des programmes associatifs, Marc Dixneuf, détaille l’action de l’association et juge “pitoyables” les propos du Pape sur le préservatif. 33 millions de séropositifs, une personne contaminée toutes les 10 secondes, un décès toutes les 16 secondes. Plus de 25 ans après son apparition, le sida n’a pas disparu. Loin de là. En France, les experts estiment que jusqu’à 150 000 personnes vivent avec le virus. Créé en février 1994, Ensemble Contre le Sida (ECS) est devenu Sidaction en 2004.Le Sidaction fête ses 15 ans. Où en êtes-vous ?

Le Sidaction accompagne les changements dans la Recherche et dans l’accompagnement des personnes malades. L’organisation a considérablement développé ses actions au niveau international. On a suivi l’évolution de l’épidémie. Au début, il s’agissait des toxicomans et des gays. Après, elle s’est propagée aux hétérosexuels avec beaucoup de migrants d’Afrique subsaharienne. Elle touche maintenant des femmes seules avec des enfants qu’il faut accompagner. Les premiers malades ont vieilli grâce aux médicaments et l’on se pose maintenant la question du vieillissement avec le VIH. Quels lieux sont adaptés pour accueillir les personnes âgées séropositives ? Sont-ils pris dans les maisons de retraite ? L’épidémie et le profil des personnes évolue et il faut constamment un haut niveau d’information et de prévention.

Que pensez-vous des propos que le pape a récemment prononcés : “On ne peut pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs. Au contraire (leur) utilisation aggrave le problème” ?

C’est un véritable problème car il nie la réalité des actions de terrain menées par des religieux dans les pays en développement. Il met par terre les politiques internationales de lutte contre le sida en parlant de quelque chose qu’il ne connaît et ne maîtrise pas. Dans ces pays, l’Eglise prend en charge des personnes malades. C’est pitoyable de voir qu’il nie le discours global. Le préservatif n’est pas la seule solution, mais c’est une solution.

Pensez-vous que les déclarations du pape vont jouer sur la mobilisation de cette année ?

C’est difficile à dire. Mais, une chose est sûre. Les propos du pape ont déjà eu un impact clair : l’immense majorité de la classe politique a vivement réagi, condamnant des propos jugés non fondés. C’est un point positif. Cela donne l’occasion aux politiques de rappeler l’importance du préservatif.

Le logo Sidaction apparaîtra sur tous les programmes télé pendant le week end, y compris pendant la diffusion de l’émission religieuse Le jour du Seigneur dimanche sur France 2. C’est une première. Cela a-t-il été difficile à obtenir ?

Ce sont les chaînes qui décident d’afficher ou non le logo. A ma connaissance, il n’y a pas eu de problèmes pour aboutir à cette décision. C’est France Télévisions qui décide de l’apposition du logo sur ses programmes. Il n’y a pas eu de négociations directes entre le Sidaction et la production.

D’ailleurs, l’évêque de Gap, Monseigneur Di Falco, et plus généralement l’Eglise française ont toujours été très clair sur l’importance du préservatif dans la lutte contre le sida. Il faut se garder de projeter les déclarations papales sur l’espace français. Il ne faut pas mélanger le Vatican avec l’Eglise française. Ce sont deux institutions politiques différentes.

Combien espérez-vous recevoir de dons ?

Nous ne faisons pas d’estimations mais nous souhaitons faire aussi bien que l’année dernière. On a diversifié les moments de collectes (le dîner de la mode, les dons mensuels des ONG, opération de mailing…) Cela permet de garantir l’apport de dons réguliers aux organismes que l’on soutient.

Quel message souhaitez-vous faire passer ?

Il faut garder à l’idée qu’aujourd’hui, le dépistage doit être un geste banal. Il faut faire le test de la même manière que le diabète. C’est important pour soi, son partenaire et pour la prévention. Il est nécessaire de se faire dépister à temps pour pouvoir commencer le traitement le plus rapidement possible. Et puis, téléphonez au 110 !

Source : L’homme est un concept

One comment »

Les commentaires sur cet article

  1. acil says:

    merci


Creative Commons License